« l'Église catholique vit, depuis un certain temps, une crise profonde. Historiquement au Québec, jusqu'à la fin des années cinquante, tout ou presque (de l'école aux hôpitaux) était dans les mains de l'Église... Tout s'est écroulé à partir des années soixante. Plusieurs facteurs ont joué dans cette métamorphose : l'influence marxiste et l'affirmation de l'étatisme, mais aussi l'impact du Concile Vatican II sur l'Église locale...»

- Cardinal Ouellet

lundi 17 novembre 2014

Vers une rupture de mémoire chez les jeunes Québécois?

Source

La culture religieuse des Québécois francophones catholiques est marquée par d'importantes lacunes qui font craindre l'effritement de la mémoire religieuse chez les plus jeunes.

Un sondage réalisé pour le compte de Radio-Canada confirme une lente dégradation de la culture religieuse chez des Québécois qui se disent pourtant catholiques à près de 80 %.

(...)

Et si environ 50 % des répondants de plus de 55 ans ont été en mesure de tirer leur épingle du jeu, chez les plus jeunes, les résultats sont nettement plus faibles.

(...)

Les résultats de cette enquête ont surpris par leur ampleur des spécialistes des questions religieuses qui craignent que la perte de repères religieux n'entraîne à plus ou moins brève échéance une véritable rupture de mémoire chez les Québécois.

(...)

Un phénomène similaire en France

Cependant, il est intéressant de noter que la lente dégradation de la culture religieuse chez les Québécois francophones catholiques est un phénomène qui a aussi pu être observé en France, et ce, depuis des années.

Dès la fin des années 80, divers sondages réalisés en France, un pays marqué, à l'instar du Québec, par la religion catholique, démontrent un effritement de la culture religieuse similaire à celui observé aujourd'hui ici.


1 commentaire:

  1. Conséquence directe de la caté postconciliaire locale contre apologétique et contre dogmatique sous couvert de biblisme.

    RépondreEffacer