« l'Église catholique vit, depuis un certain temps, une crise profonde. Historiquement au Québec, jusqu'à la fin des années cinquante, tout ou presque (de l'école aux hôpitaux) était dans les mains de l'Église... Tout s'est écroulé à partir des années soixante. Plusieurs facteurs ont joué dans cette métamorphose : l'influence marxiste et l'affirmation de l'étatisme, mais aussi l'impact du Concile Vatican II sur l'Église locale...»

- Cardinal Ouellet

lundi 24 novembre 2014

Je me souviens...quand la Société Saint-Jean-Baptiste cessa d'être catholique


Une société patriotique qui porte le nom d'un saint catholique et qui malgré tout cesse toute appartenance catholique c'est possible lorsqu'un président multiculturaliste se fait élire...gracieuseté de Jean Dorion.

Alors que tous les autres groupes d'intérêts ethnico-religieux (juifs, musulmans ou autres) défendent leur identité ethnique et religieuse... la SSJBM, sous la direction d'un multiculturaliste, abandonne le catholicisme qui a pourtant une place centrale dans l'identité et la fondation de la nation québécoise.

«A: Pourtant, vous avez mené un combat pour laïciser la Société Saint-Jean-Baptiste.

 JA: Quand j’ai aboli l’exigence d’être catholique pour en être membre, je n’ai pas dit qu’on ne voulait plus de catholiques; tous étaient bienvenus. On acceptait toute sorte de monde, sans poser de conditions particulières en matière de religion.»

Extrait d'une entrevue avec Jean Dorion de la revue l'Actualité, 8 octobre 2013


Qui est Jean Dorion? 

Dans les années '60 il est un attaché politique du ministre de l'immigration Jacques Couture, et chef de cabinet du marxiste et multiculturaliste Gérald Godin.

Il fut député de la circonscription de Longueuil—Pierre-Boucher, où il a été élu le 14 octobre 2008. Il fut le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal de 1989 à 1994 et de 2003 à 2008. De 1994 à 2000, il fut délégué général du Québec à Tokyo. Dorion est également le trésorier du Mouvement national des Québécoises et Québécois. Il est réélu à la tête de la Société en 2007.

En septembre 2008, il se porte candidat du Bloc québécois dans la circonscription Longueuil—Pierre-Boucher. Il succède, comme candidat du Bloc québécois, à Caroline St-Hilaire, élue députée pour la première fois à l'élection de 1997. La circonscription passa aux mains des Néo-démocrates lors des sa défaite face à Pierre Nantel en 2011.

Il s'est marié  avec une japonaise nommé Hiromi en 1991, leurs cinq enfants suivent des cours d'immersion en culture japonaise et parlent japonais à la maison.  (Deux histoires d'amour à savourer de Betty Achard, Madame Magazine, octobre 2003, vue le 5 octobre 2006)

3 commentaires:

  1. Des rumeurs plutôt persistantes affirment que monsieur Jean Dorion serait encarté dans une loge maçonnique. Il faudrait rechercher une preuve tangible. Néanmoins, il est évident qu'il faut leur œuvre.

    RépondreEffacer
  2. Travail de sape! Rien d'autre à dire...
    Pourquoi des inclusifs et multiculturalistes sont entrés dans des organismes avec des valeurs et règles contraire à leurs valeurs si ce n'est pas pour les abolir de l'intérieur ?

    RépondreEffacer
  3. Ouin, on est loin de «la patente»! Quel honte, dehors les boomers... que les jeunes reprennent le contrôle! Votre amusement hippie a fait son temps hihihiihi

    RépondreEffacer