« l'Église catholique vit, depuis un certain temps, une crise profonde. Historiquement au Québec, jusqu'à la fin des années cinquante, tout ou presque (de l'école aux hôpitaux) était dans les mains de l'Église... Tout s'est écroulé à partir des années soixante. Plusieurs facteurs ont joué dans cette métamorphose : l'influence marxiste et l'affirmation de l'étatisme, mais aussi l'impact du Concile Vatican II sur l'Église locale...»

- Cardinal Ouellet

vendredi 21 novembre 2014

Baisse drastique des sacrements

Source

Au diocèse de Montréal, à peine plus de 7 000 personnes ont été confirmées en 2007. Selon le quotidien La Presse, il s'agit d'une diminution de 28 pour cent par rapport à l'année 2000. Les jeunes Québécois sont aussi de moins en moins nombreux à faire leur première communion.

Il s’avère difficile de déterminer si les baisses sont attribuables uniquement à la foi déclinante des Québécois. Il est à noter que les sacrements ne se préparent plus à l'école pendant les heures régulières d'enseignement. Le nombre de mariages et de baptêmes a également diminué.

1 commentaire:

  1. C'est pire qu'il ne le dit cette source, car les sacrements dont on parle ici, ce ne sont pas des sacements de l'Église catholique, mais ce sont les pseudo-sacrements de la Contre-Église ( dites "Conciliaire" ). Donc nous en sommes vraiment à ce signe donné par Notre-Seigneur Jésus-Christ lui-même dans les Évangiles : L'Abomination de la Désolation dans le Lieu Saint.

    Roger Boivin

    RépondreEffacer